Les membres de la société civile forces vives de la province du Bas-Uele alertent sur la présence des réfugiés centrafricains armés dans les territoires de Bondo et de Ango.

C’est son secrétaire exécutif qui a livré cette information au cours d’une interview qu’il a accordée à Laclocherdc.info ce jeudi 25 février 2021. Selon Didier Vipère, la présence de ces déplacés sur le sol congolais constitue un danger permanent pour la population locale , étant donné qu’ils ont traversé librement les frontières avec des armes a feu, ce qui cause terreur et désolation dans la région.

“Les rebelles centrafricains sont là entrent avec des armes. Ils sont entrain de piller. Parmi eux, il ya des mamans, des papas et des enfants non prises en charge” a-t-il indiqué avant de signaler les conséquences néfastes enregistrées dans le vécu quotidien de ces citoyens Africains notamment: les maladies , la famine , le manque d’abris; qui occasionnent les cas de décès dans la région.

Il signale par ailleurs, que ces déplacés, arrivés depuis deux mois dans le milieu vivent sans assistance aucune pour leur survie. ” C’est depuis deux mois qu’ils ont commencé à tranverser dans les six chefferies que compte le territoire de Bondo ” a précisé cet activiste de la société civile forces Vives.

Face à cette situation, cette structure citoyenne appelle les autorités compétentes d’organiser l’entrée de ces réfugiés pour qu’ils soient désarmés au niveau du pays.

” Que le gouvernement organise l’entrée de ces réfugiés en les désarmant le plus vite possible avant d’accéder au pays” alerte monsieur Didier

Il sied d’ajouter que cet acteur de la société civile demande aux humanitaires d’accentuer leur assistance aux familles déplacées avant que les pires ne puisse continuer à s’observer.

Par Elisée Katato Bin Malekani, depuis Isiro.

Contactez la rédaction : +243998620497

Spread the love