« Encore 6 personnes et plusieurs maisons réduites à cendre en pleine journée d’hier vendredi 27 août 2021, tel est le bilan encore provisoire d’une nouvelle incursion ADF près de LISASA en chefferie de BASHU. D’autres citoyens, évalués à une dizaine, restent sans signe de vie, ce qui porte à croire qu’ils seraient pris en otage par ces sanguinaires. Des habitants quittent de nouveau cette région et se déplacent vers BUTEMBO. »

Les sources locales renseignent que c’est aux environs de 14 heures locales que l’ennemi a assiégé VUHAMBYA, un petit village situé en cheval entre le groupement BULIKI et MALAMBO. Aussitôt, ils ont incendié une dizaine des maisons en abattant tout le monde à leur passage. Les habitants ont du coup abandonné le village, chacun fouillant à sa direction. Même les miliciens cantonnés dans une colline en diagonale dans le cadre du processus de reddition volontaire n’ont pas résisté apprend-t-on d’une source locale. Les forces armées cantonnées à la paroisse catholique de LISASA n’ont pas aussitôt répliqué à cette attaque regrette les forces vives locales. Nous les avions alertés lorsque la première maison était en feu mais curieusement d’autres maisons ont suivies s’inquiète la même source.

Inquiétude de la communauté locale

Cette attaque est la deuxième dans cette région à l’espace d’une semaine regrette un notable de la chefferie de BASHU. Selon lui, avant l’Etat de siège, la chefferie de BASHU et plus particulièrement le Sud du groupement BULIKI était le seul coin paisible du secteur de RWENZORI. Curieusement, après l’attaque aérienne de MWALIKA, récemment annoncée par les forces armées, l’ennemi semble se venger sur les pauvres habitants poursuit-il. A la nouvelle société civile du secteur de RWENZORI d’ajouter que l’Etat de siège semble envenimer la situation sécuritaire dans cette région. Son président soutient que les victimes des tueries se multiplient alors que la région est sous un régime militaire. Il sied de rappeler que plusieurs militaires ont récemment été déployés à LISASA pour sécuriser cette région il y a peu. Même un poste de police a été installé récemment à LISSASA.

Rebecca MWANAMOLO, depuis BASHU

Spread the love