« Une centaine des maisons ont été visitées par des bandits armés à moins d’une semaine dans les 4 communes dirigées par des autorités militaires en ville de Beni depuis l’avènement de l’Etat de siège. Le dernier drame remonte de la nuit dernière aux quartiers KANZULI et BUTSILI où une boutique aux côtés d’une dizaine des maisons ont également été dévalisées et les biens emportés dans un véhicule assimilé à celui des patrouilleurs, témoigne les victimes. »

La scène se déroule au petit matin de ce lundi 30 août 2021 au quartier BUTSILI en commune MULEKERA. Selon la victime, c’était aux environs de 4h20 qu’une jeep pleine d’homme armée s’est arrêtée devant sa boutique. L’un d’entre eux souhaite acheter la cigarette et demande avec insistance à la victime d’ouvrir la porte. Par compassion, le pauvre vendeur veut servir son client et c’est là que tout à commencer. A en croire notre source, tout le monde est descendu de la jeep vers la boutique. Chacun transporte ainsi ce qui l’intéresse sous un regard impuissant du propriétaire. Au même moment, 3 autres maisons se font piller dans le parage par d’autres bandits armés. Argents, téléphones et autres biens sont aussitôt emportés et ramenés vers la même jeep stationnée devant la boutique mais qui n’a pas malheureusement été bien identifiée à la suite de l’obscurité matinale. Du coup, c’est un concert des bidons que les voisins des victimes vont lancer et la fameuse jeep va démarrer avec tous ses hommes ainsi que les biens pillés. Le même scenario a été vécu quelques heures avant au quartier KANZULI apprend-t-on d’une autre victime. Un chef de base soutient avoir enregistrée ce lundi 30 août 2021 une dizaine des maisons visitées par ces mêmes bandits en jeep la nuit dernière. Certes que plusieurs jeeps similaires à celle des patrouilleurs circulent à Beni mais leurs propriétaires sont connus. Si elles ne sont pas au service de gardiennage, elles sont parfois utilisées par quelques ONG Internationales et leurs assimilés. A en croire la victime de BUTSILI, des particuliers utilisent rarement des telles jeeps et lorsque ses passagers sont armés, alors on va vers un crime d’Etat. Toutefois, les enquêtes ont été ouvertes pour retrouver les biens pillés et maitriser les criminels rassure un chef de base aux victimes de KANZULI. C’est donc une affaire encore à suivre !

Ivan Eliel KANIKI, depuis Beni

Spread the love