“Ils veulent récupérer un dossier judiciaire personnel pour ternir l’image de la véranda mutsanga dénonce Shaffy Musitu, leader de ce groupe de pression. Toutefois, le lien entre sa structure et la communauté locale reste une longue histoire patriotique et de confiance depuis bientôt 20 ans.”

Tout commence lundi dernier lorsque le commissaire supérieur urbain de la police présente 11 présumés criminels à la presse locale. Le colonel Paul NGOMA retient son attention sur un certain Djey KISARA qu’il présente comme membre de la véranda mutshanga et deuxième suppléant de l’un des meilleurs élus de la ville, l’hon Tembos Yotama. Et pourtant, l’infraction reste individuelle insiste Shaffy Musitu de la véranda mutsanga qui ne comprends pas pourquoi le commandant de la police peut assimiler une infraction individuelle de Djey KISARA non seulement à son groupe de pression mais également à l’hon Tembos Yotama.

Et même la culpabilité n’est pas encore établie

Le leader de la véranda mutsanga déplore aussi le courage du patron de la police qui tente de se confondre à la justice. Il n’y a que les instances judiciaires qui prouvent la culpabilité d’un suspect arrêté par la police, soutient Shaffy Musitu qui commence à craindre d’ailleurs que ce dossier soit un montage grossier pour discréditer son mouvement. Toutefois, l’homme reste serein et croit que si tel est le cas, la vérité finira toujours par triompher. Le leader de la véranda mutsanga appelle également les acteurs politiques en mal du positionnement au positivisme en évitant le populisme de mauvais goût qui ne paie pas non plus.

Ivan Eliel Kaniki, depuis Beni

Spread the love