C’est le vœu de plusieurs acteurs politiques dont Jules KASEREKA VAYIKEHYA, élu du territoire de BENI et invalidé par la cour constitutionnelle. Cet acteur politique estime qu’il y a péril à la demeure. Les premiers 60 jours de cet Etat de siège n’ont pas réellement convaincu la communauté locale dit-il et semblent avoir été plus douloureux qu’avant l’Etat de siège. Aucune différence entre les autorités civiles et militaires récemment établies dans le cadre de cet Etat de siège, poursuit-il. L’hon Jules VAYIKEHYA exige ainsi une évaluation sérieuse et urgente des 60 premiers jours de cet Etat de siège avant toute éventuelle prorogation.

Ivan Eliel, depuis BENI

Spread the love