« Au poste de péage route de KANGOTE à BUTEMBO, les chauffeurs ont ouvert de force la barrière pour poursuivre la route. Ils attendaient depuis un bon bout de temps un convoi militaire pour les accompagner mais sans succès. Plus loin à BULONGO, en secteur de RWENZORI, les chauffeurs et motards s’opposent également à ce convoi. Ils dénombrent plusieurs victimes attaquées en plein convoi. »

Un convoi militaire a été initié désormais sur plusieurs axes routiers depuis un certain temps. L’objectif est de vouloir protéger chauffeurs et voyageurs contre les séries d’embuscades ADF apprend-t-on des sources militaires. Aussitôt annoncé, ce convoi suscite déjà plusieurs remords. A BUTEMBO, les chauffeurs dénoncent le retard de l’attente de ce convoi. Difficile désormais pour eux de faire le nombre des courses prévues au quotidien. D’autres clients changent même de véhicule ou préfèrent voyager par moto lors de l’attente de ce convoi apprend-t-on d’un chauffeur de BUTEMBO. Et pour preuve, ces chauffeurs ont ouvert par force le poste de péage route de KANGOTE à la suite d’un retard en attente du convoi. D’autres chauffeurs témoignent également que ce convoi ne facilite plus le trafic sur une route délabrée comme celle de BUTEMBO-BENI. Plusieurs véhicules ont du mal à voyager au même moment avec le risque d’accident poursuit-il.

Situation confuse à BULONGO

En secteur de RWENZORI, ils ne sont pas à la première expérience de ce système de convoi. Il y a peu, pour franchir cette route, des convois ont été initiés. Curieusement, des embuscades n’ont pas cessé. Nous avons perdu plusieurs chauffeurs et motards en plein convoi témoigne un motard de BULONGO sous anonymat. Et pour preuve, notre source cite l’embuscade d’IRUMU ce mercredi 18 août 2021 où deux véhicules de marque Actros ont été incendiés par l’ennemi en plein convoi de la MONUSCO. Rappelons que plus de 25 véhicules ont été incendiés en IRUMU et BENI depuis l’avènement de l’Etat de siège. D’autres carcasses sont encore visibles au lieu des incidents.

Martin VINETTE, de retour de BULONGO

Spread the love