La discorde alimentée par l’agissement conséquent des gardes du parc national des Virunga, caractérisé par la destruction des cultures de haricots et du riz dans plusieurs champs des habitants du quartier Congo-ya-Sika mercredi et jeudi de la semaine en cours dans la cité frontalière de Kasindi, ne laisse pas indifférent certains leaders de la région dont parmi eux, on note en premier lieu le député provincial du Nord-Kivu, l’honorable Muhindo Magezi Celce.

Ce dernier appelle les parties prenantes à ce conflit à caractère perpétuel de se mettre autours d’une table, en vue d’élucider les zones d’ombres en ce qui concerne notamment, l’affaire de la limite provisoire peu reluisante qui avait été érigée par une délégation parlementaire en provenance de Kinshasa depuis maintenant 5 ans.

Cet élu du territoire de Beni Muhindo Magezi Celce, a tout de même exhorté les tenants du pouvoir public et les acteurs de l’Institut Congolais pour la nature (ICCN), de regarder dans la même direction en guise de favoriser une cohabitation pacifique au profit d’une conservation communautaire du parc national des Virunga.

“Face à cette réalité vertigineuse, j’exhorte les un et les autres à adopter une attitude de responsabilité scrupuleuse et cela, en respectant les agglomérations conditionnelles de la limite provisoire préalablement établies par les autorités du pays. La violence intentionnelle de cette limite sous toutes les formes possibles constitue sans aucun doute, un manquement grave aux prescrits de la législation Congolaise en terme d’écologie”, a-t-il martelé Muhindo Magezi Celce.

Il convient également de signaler en outre que, la prise de position du conservateur du parc national des Virunga secteur Nord de Mutshora dans le secteur Ruwenzori voué au silence de mort, inquiète au plus haut niveau les leaders des organisations membres de la société civile environnementale de la cité de Kasindi, à la frontière entre la République Démocratique du Congo et l’Ouganda voisin.

Paul Zaïdi

Spread the love