« Ces statistiques émanent d’un rapport parlementaire produit par le député national Tembos Yotama ainsi que son frère député provincial du Nord Kivu MBENZE YOTAMA, tous élus de Butembo. En effet, durant les 8 derniers mois de 2021, environs 3878 personnes ont été tuées contre 2360 personnes exécutées les 9 premiers mois de 2022. Les deux parlementaires appellent le premier ministre en mission à l’EST à s’incliner au vœu du peuple fatigué de ce régime spécial improductif. »

Ces statistiques émanent du rapport Yotama numéro 3 sur les massacres de Beni au Nord Kivu, Mambasa et Irumu en Ituri en cours de téléchargement dont votre rédaction s’est procuré une copie avant qu’il ne soit même rendu public. En effet, ce rapport Yotama décrit essentiellement les tueries à l’EST du pays et plus particulièrement dans les zones sous influences des présumés ADF sans tenir compte des victimes des miliciens maïmaï, CODECO, Zaïre,  chini ya kilima…. A en croire ce document, pour la seule année de 2021, c’est-à-dire entre le premier mai et le 31 décembre 2021, 8 mois durant, environs 3878 personnes ont été tuées par ces sanguinaires sans tenir compte des données ayant échappées aux enquêtes de ces deux élus de Butembo soit une moyenne 485 personnes tuées mensuellement pendant les 8 premiers mois de l’état de siège. Du 01 janvier au 21/09/ 2022, soit les 9 mois de l’année en cours, environs 2360 personnes, nombre non exhaustif, ont été massacrées dans les zones de Beni, Irumu et Mambasa, avec une moyenne de mensuelle de 263 personnes égorgées essentiellement pour l’année 2022 presqu’entièrement sous l’état de siège lit-on dans ce rapport Yotama en actualisation. Bref, pendant les 17 mois de l’état de siège, quelques 6512 personnes ont été massacrées, nombre non exhaustif. Les auteurs de ce rapports dont le député national Tembos Yotama ainsi que son frère député provincial du Nord Kivu MBENZE YOTAMA, tous élus de Butembo exigent la levée immédiate de cette mesure exceptionnelle de l’état de siège à suffisamment prouvée ses limites et par conséquent n’a plus sa raison d’être. Les deux parlementaires appellent le premier ministre Sama Lokonde en mission à l’EST du à s’incliner à la demande de la population qu’ils représentent en levant pure et simplement cette mesure exceptionnelle.

Ivan Eliel KANIKI

Spread the love