Il s’agit de l’honorable Ayobangira Safari, député national, élu du territoire de Masisi et frère aux populations Banyabwisha. Selon lui, c’est depuis plusieurs semaines que des scènes horribles se passent dans le territoire d’Irumu au sud de la province de de l’Ituri partie Est de la République démocratique du Congo. Les populations locales accusent les Banyabwisha venus du Nord-Kivu  d’être complice des massacres en répétition dans cette zone. Une version répétée et soutenue par le gouvernement congolais pourtant qualifié d’amalgame par cet élu de MASISI et voilà pourquoi il a d’ailleurs saisi le premier ministre congolais. Dans sa lettre expédiée, il y a peu à la primature, l’hon Ayobangira Safari, originaire de Masisi rejette toutes les accusations contre sa communauté.  Au même moment, il veut avoir un éventuel plan envisagé par le gouvernement congolais pour lever l’équivoque de confusion.

“La lettre concerne ce qui s’est passé en Ituri par rapport aux attaques faites contre les populations dites ” Banyabwisha ” et en réalité qui sont des communautés Hutu et des vrais congolais. Et ce qui est plus grave, c’est un compte rendu du gouvernement congolais qui a assimilé toute une communauté aux alliés des ADF. Nous demandons au premier ministre de nous expliquer comment ils sont arrivés à associer toute une communauté dans les massacres et lever ainsi l’équivoque. Nous voulons savoir le plan du gouvernement pour sortir de cette confusion “, a indiqué Ayobangira Safari.

Rappelons que dans la cité de Komanda et dans d’autres villages du territoire de l’Ituri, plus 40 civils issues de la communauté Banyabwisha ont été par les populations locales par justice populaire au nom de la vengeance des citoyens aussi tués par les rebelles ADF qui opèrent depuis bien longtemps dans cette région. Plusieurs citoyens ont été massacrés et d’autres pris en otage par ces mêmes rebelles.

Magloire Tsongo, depuis GOMA

Spread the love