« Les rebelles Adf ont incendié 16 véhicules sur la route LUNA-KOMANDA ce mercredi premier septembre 2021. Au même moment ces mêmes rebelles ont exécuté 3 autres personnes à Mayimoya, sur le même axe mais en secteur de BENI-MBAU. La veille, ils ont attaqué un petit village de la chefferie des BASHU où plusieurs dégâts humains et dommages collatéraux ont été enregistrés avant que le village se vide. Curieusement, les parlementaires sont à la 7e prorogation de l’État de siège, ce régime militaire instauré dans 2 provinces du pays pour imposer la paix et sécurité. »

C’est encore un nouveau deuil qui frappe le Nord-Kivu et l’Ituri ce premier septembre. En effet, des véhicules des opérateurs économiques de Béni, Butembo et Bunia ont de nouveau été incendié entre LUNA et KOMANDA. Des citoyens ont été pris en otage aux côtés des plusieurs blessés graves qui se sont échappés de justesse. Les sources locales renseignent que l’embuscade a été rendue au convoi escortés par les casques bleus de la MONUSCO ainsi que les militaires FARDC. D’autres véhicules du même convoi n’ont pas été touchés comme les véhicules militaires ainsi que les blindés des casques bleus. Peu avant cette embuscade, la plus virulente des Adf depuis son histoire, ces mêmes rebelles ont exécuté 3 personnes à MAYIMOYA sur le même axe mais en secteur de BENI-MBAU ce même mercredi premier septembre. La veille, c’est un petit village du secteur de RWENZORI en chefferie de BASHU qui était la cible de ces sanguinaires. Outres les morts ainsi que des maisons incendiées, le temple de l’Eglise catholique a été profanée par ces tueurs.

L’Adf devient virulent avec l’État de siège

L’association des chauffeurs du Congo, ACCO-BENI, avoue que cette embuscade est la plus lourde, jamais enregistré même avant le système de convoi. Les chauffeurs estiment que c’est à cause de ce système qu’autant des véhicules étaient au même moment au même endroit malheureusement. De l’autre côté, la société civile du secteur de RWENZORI avoue que plusieurs villages de la chefferie de BASHU, jadis épargnés par le massacrés ont été affectés par ces tueries durant l’État de siège. Toutefois, le gouvernement continue à obtenir la prorogation de ce régime qui a pourtant démontré ses limites. L’honorable NGAHANGONDI, député provincial du Nord Kivu se rappelle à cette occasion des exploits démontrés sur terrain par le feu général Jean Lucien BAGHUMA sans État de siège. Selon cet élu, des villages n’ont pas été abandonnés mais plutôt conquis sans État de siège. Pour rappel, ce régime militaire a été instauré au Nord Kivu et en Ituri depuis le mois de mai dernier. Plus de 3 mois après, les massacres se poursuivent malheureusement sur terrain avec une nouvelle ampleur témoigne une femme paysanne de MAYIMOYA sous anonymat.

Antoine Bienvenu, depuis OICHA

Spread the love