« Le Chef de l’Etat congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est de nouveau  à Bujumbura pour une visite officielle de 72 heures. Que cache concrètement ce rapprochement entre ces deux chefs d’Etat ? Difficile encore à comprendre ? Pas certainement lorsqu’on lit la succession des évènements en cours. »

Invité par son homologue Evariste Ndayishimiye, le Chef de l’Etat congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est de nouveau  à Bujumbura pour une visite officielle de 72 heures. Selon nos sources à la présidence burundaise, les deux chefs d’Etat auront une rencontre en tête-à-tête au Palais présidentiel de Gitega avant de visiter deux domaines agricoles en provinces burundaises. Quoi de plus important que la visite d’un domaine agricole alors que le sang des innocents continue à couler à l’EST du pays ! Toutefois, il faut noter que depuis leurs accessions respectives à la tête de leurs pays, Félix Tshisekedi et Evariste Ndayishimiye ont multiplié des actes de rapprochement au nom de la redynamisation des relations bilatérales. L’on se rappelle que le président Ndayishimiye du Burundi avait même choisi Kinshasa comme sa première destination après son investiture en 2021 et il avait clairement fait part à Kinshasa de sa détermination à favoriser une coexistence pacifique entre les deux pays liés par la géographie, l’histoire et la culture selon ses propres termes. À cette occasion le président Evariste Ndayishimiye, les deux chefs d’Etat avaient même signé deux mémorandums d’entente sur la construction d’un chemin de fer devant relier Bujumbura à Kindu en passant par Bukavu et Kamituga. Les congolais comme les burundais continuent à attendre ce chemin de fer une année après d’autant plus que leurs pays partagent une longue frontière terrestre et lacustre. Que cache alors concrètement ce rapprochement entre ces deux chefs d’Etat ? Difficile encore à comprendre ? Pas certainement lorsqu’on lit la succession des évènements en cours. Sur le plan sécuritaire, le président Ndayishimiye a clairement apporté son appui à son homologue de la RDC Félix Tshisekedi en s’associant au deuxième conclave des Chefs d’Etat du 21 avril dernier à Nairobi et son pays a annoncé publiquement être prêt à dialoguer avec ses rebelles de Red Tabora et les FNL basés en terre congolaise. De son côté, le Président Félix Tshisekedi avoue que son pays et le Burundi sont déterminés à pacifier leurs frontières et à lutter conjointement contre les forces négatives qui sèment la désolation de part et d’autre.

Ivan Eliel KANIKI-Kinshasa

Spread the love