Cette organisation œuvrant dans le domaine de défense des droits humains à Goma lance cette demande car il s’observe déjà un jeu de de ping-pong entre les confessions religieuses sur la désignation du président de la CENI qui est mise en cause par certaines composantes des confessions religieuses.

La rencontre des confessions religieuses qui a eu lieu à Kinshasa, au centre Interdiocesain et s’est clôturée à queue de poisson. Sur huit composantes, six ont porté leur choix sur le candidat présenté par l’église kimbanguste, Denis KADIMA. L’église catholique représentée par la Cenco et l’église du Christ au Congo (ECC) ont mis en cause la désignation du candidat de Kimbangustes.

 

A en croire Jonas Sindani communicateur de Congo Peace Network, une organisation œuvrant dans le domaine de défense des droits humains à Goma, il faut chercher un très large consensus pour éviter les contestations survenues l’année dernière lors de l’entérinement de la candidature de Ronsard Malonda et dépolitiser cette institution d’appui à la démocratie car, de ces contestations, il se dégage un parfum douteux de la politisation des composantes des confessions religieuses. Il y va de la crédibilité du scrutin de 2023

Magloire Tsongo depuis Goma.

Spread the love