« A l’EST du pays, presque tous les articles de la DUDH sont violés. D’une part, par les assaillants qui tuent à Beni et Irumu et d’autre part, par ceux qui sont sensés les faire respecter. Et avec l’état de siège, plusieurs violations des droits humains ont été dénombrées durant ce régime spécial instauré au Nord Kivu et en Ituri. »

C’est depuis les années 1948 que la Déclaration Universelle des droits de l’homme a vu le jour. Plusieurs pays africains n’ont pas hésité de l’adopter et elle a même inspirée leurs constitutions. La RDC n’est pas du reste note le député provincial du Nord Kivu MBENZE YOTAMA et par ricochet, l’art 60 de la constitution de la RDC insiste sur le respect des droits humains et les autorités sont priées d’y veiller profondément. Curieusement, à l’EST du pays, presque tous les articles de la DUDH sont violés d’une part par les assaillants qui tuent à Beni et Irumu et d’autre part par ceux qui sont sensés les faire respecter poursuit-il. A la même source d’ajouter que les autorités semblent avoir oublié l’art 3 de la DUDH qui accorde le droit à la vie qui est largement violé à l’Est du pays. Les pauvres citoyens sont horriblement tués depuis bientôt 14 ans à Beni et Irumu et même l’art 5 de la même DUDH qui interdit un traitement dégradant et inhumain reste foulé aux pieds. L’art 17 sur le droit à la propriété n’existe plus lorsque des véhicules sont incendiés, des maisons brûlées sans indemnités déplore l’hon MBENZE YOTAMA.

Et l’Etat de siège alors ?

Plusieurs violations des droits humains ont été dénombrées durant ce régime spécial d’état de siège instauré au Nord Kivu et en Ituri. Le député provincial MBENZE YOTAMA se souvient de l’administrateur militaire de Lubero qui a été transporté comme le roi Léopold II à KAMANDI contre le gout de l’article 4 de la DUDH qui interdit l’esclavagisme. Il en est de même des arrestations arbitraires. De fois, des épouses se font arrêter ou soumises à des amendes à lieu et place de leurs maris absents en violation de l’article 9 de la DUDH. L’élu de Butembo appelle ainsi toute la communauté à résister davantage et dénoncer largement ces types des violations des droits humains.

Ivan Eliel Kaniki/ Goma

Spread the love