« Son exposé n’a pas rencontré les préoccupations des députés nationaux, membres de la commission défense et sécurité de l’assemblée nationale. Les débats pourront ainsi se poursuivre ce mardi 10 août 2021 enfin que les élus comprennent encore mieux plusieurs mystères qui encombrent les droits humains dans les deux provinces sous régime d’Etat de siège. Et même le ministre de la défense national est attendu à la commission parlementaire défense et sécurité. »

Parmi les préoccupations soulevées, les parlementaires voulaient comprendre pourquoi les amendes transactionnelles intéressent beaucoup les juridictions qui devraient pourtant se consacrer sur des matières sécuritaires qui menacent les deux provinces ? Surprise ! L’exposé de madame la ministre n’a pas convaincu les députés nationaux, réunis en commission défense et sécurité témoigne l’hon Gracian IRACAN, élu de l’ITURI. Les débats pourront se poursuivre avant que les parlementaires décident poursuit-il. Visiblement, les élus ne veulent plus proroger ce régime exceptionnel sans évaluation conséquente. Nous sommes à la cinquième prorogation et cet Etat de siège devrait déjà produire des résultats palpables lance de son côté l’hon TEMBOS YOTAMA, élu de BUTEMBO et membre de la même commission. Que dire alors si les gens continuent à mourir en plein Etat de siège s’interroge-t-il ?

Même le ministre de la défense national est attendu à la commission

Selon le député national Gracian IRACAN, les deux gouverneurs militaires qui gèrent les deux provinces en Etat de siège pourront accompagner le ministre de la défense nationale ce mercredi à la commission parlementaire défense et sécurité. Ils pourront rendre compte de l’évolution des opérations militaires sur terrain avant d’obtenir une probable prochaine prorogation. A la même source d’ajouter qu’ils devront également répondre aux multiples interrogations des parlementaires au sujet de leurs 3 mois de gestion de ces 2 provinces. Rappelons ici que c’est depuis le 06 mai dernier que les provinces du NORD-KUVU et ITURI sont sous Etat de siège. Toutefois, quelques 500 personnes ont été tuées dans ces deux provinces et une vingtaine des véhicules sans pour autant parler de maisons incendiées sous ce régime spécial. Des centaines d’autres citoyens restent sans signe de vie, ce qui porte à croire qu’il serait otage des rebelles ADF.

Ivan Eliel, depuis BENI

Spread the love