« Plusieurs militaires blessés ou retraités vivent misérablement au camp KONGOLO de Kinshasa, KATINDO de Goma ainsi qu’à l’hôpital général de référence de Beni et OICHA. Incapables de nouer les 2 bouts du mois, ils mendient dans les rues et marchés publics enfin de profiter de la bonne volonté de certains citoyens congolais. Inquiétude partagée aussi au ministère de la défense nationale. »

Robert est un militaire FARDC depuis plus de 30 ans. Il a servi dans plusieurs coins du pays pour défendre son intégrité territorial à en croire son témoignage. Subitement, le pauvre premier sergent a été blessé  en 2006 alors que Kinshasa faisait face à des contestations électorales. Du coup, le pauvre Robert a perdu son pied droit et marche actuellement avec des béquilles. Un mois après l’amputation de sa jambe, le premier sergent a vu sa solde être largement réduit et aujourd’hui il vit avec 36 milles francs le mois soit 18 dollars USA alors que le bidon d’eau de 20 litres coute déjà 5 milles francs. A la même source d’ajouter que sa hiérarchie a ainsi réduit son salaire en faveurs des militaires encore valide oubliant que c’est aussi en combattant sous le drapeau qu’il est également devenu invalide en d’autres termes. Le sort de Robert est aussi réservé à d’autres militaires retraités qui vivent aussi actuellement difficilement à Kinshasa, siège des institutions nationales de la RDC.

Inquiétude partagée aussi au ministère de la défense nationale

Interrogé par La Cloche RDC à ce sujet, le ministre de la défense soutient être conscient de cette situation. Dr Gilbert KABANDA partage ainsi l’inquiétude de ces militaires oubliés presqu’aujourd’hui. Toutefois, le patron de la défense nationale soutient qu’une bonne politique est en cours enfin de bien vouloir encadrer ces  réservistes qui peuvent également servir le pays en cas de menaces. Rappelons que plusieurs militaires blessés ou retraités vivent misérablement au camp KONGOLO de Kinshasa, KATINDO de Goma ainsi qu’à l’hôpital général de référence de Beni et OICHA. Incapables de nouer les 2 bouts du mois, ils mendient dans les rues et marchés publics enfin de profiter de la bonne volonté de certains citoyens congolais.

Ivan Eliel KANIKI-Kinshasa/Gombe

Spread the love