« Envions 600 civils horriblement exécutés en plein Etat de siège pourtant prorogé pour la sixième fois, plus de 100 jours sous un régime militaire dans 2 provinces du pays; et les journées de deuil s’annoncent de nouveau en chefferie de BASHU et ses environs pour décrier les récentes tueries d’une dizaine des civils et séries d’incendies des véhicules ou maisons dans la région. »

Les langues se délient de nouveau au lendemain des tueries des civils à KATANDA en chefferie de BASHU, territoire de BENI. Les forces vives locales appellent à une série des journées ville-morte en mémoire des illustres disparus, le temps aussi pour leurs familles respectives et proches d’organiser le deuil apprend-t-on de M. WANGEVE, cadre des forces vives locales. C’est également avec grande désolation que le défenseur des droits humains MBENZE YOTAMA  a appris le  carnage endeuillant  plusieurs familles en groupement d’Isale-Bulambo. Comme tout le monde, ce parlementaire se pose la question de savoir pourquoi chaque jour l’on note des carnages endeuillant les habitants du Nord Kivu  et de l’Ituri alors que ces deux provinces sont depuis le  6 mai 2021, en état de Siege ou mieux sous un régime militaire. C’est dans cette optique que cet élu de Butembo lance un appel pathétique à toutes les autorités de l’état de siège à sécuriser  la population civile ainsi que leurs biens conformément à la mission qui leur avait été assignée lors de leur nomination.

Un déficit sécuritaire

Plusieurs questions circulent de nouveau au bout des lèvres ce dimanche 22 août 2021 à ERINGETI, non loin d’OICHA en secteur de BENI-MBAU, territoire de BENI. Ici, le célébrant était obligé d’interrompre la messe lorsque les fidèles quittaient spontanément l’Eglise à la suite d’une rumeur faisant étant de l’incursion ADF à KASANA. Triste ! Pourquoi doit-on vivre la peur du lendemain alors que la sécurité est un droit et non une faveur? N’est-ce pas là un déficit sécuritaire des opérations de l’état de Siege, s’interrogent d’autres fidèles qui veulent avoir des véritables garanties sécuritaires, du moins, lors des célébrations eucharistiques. Au même moment, l’armée annonce avoir récupérer respectivement deux importantes bastions ADF en secteur RWENZORI et à MWALIKA, chefferie de BASHU, exploit aussi salué par l’hon MBENZE YOTAMA qui souhaite voir l’armée renforcer également les dispositifs de protection des civiles. Les civils attendent rien que le retour de la paix de cet Etat de siège conclut-il.

Ivan Eliel, de retour de BUTEMBO

Spread the love