Journaliste en danger (JED) condamne avec véhémence cette bavure policière et demande que des poursuites judiciaires soient engagées contre l’auteur de l’agression.

JED exige des excuses officielles du chef de la police après l’agression très brutale d’un journaliste lors d’une manifestation de l’opposition. Journaliste en danger (JED) condamne fermement l’agression du correspondant de Radio France Internationale à Kinshasa, capitale de la RD Congo, par les forces de l’ordre et exige par conséquent des explications du Commissaire provincial de la police nationale congolaise de Kinshasa sur cet acte intolérable”.

De sa part, l’Association nationale des éditeurs des journaux de la RDC, ANECO. Par la voix de Kileba, son président, l’organisation a exprimé aussi sa vive indignation et sa protestation face à l’humiliation et agression sauvage subie par notre confrère, le journaliste Patient Ligodi. A haute voix, l’ANECO dénonce la prédisposition à la violence gratuite vis-à-vis des manifestants et des journalistes, affichée par la police manifestement encouragée par sa hiérarchie dont les propos tenus la veille sont à la limite de l’incitation à la violence déplorée. LA CLOCHE RDC aussi condamne ces dérapages fréquents des hommes en uniformes contre les chevaliers de la plume.

Patient Ligodi, journaliste-correspondant de Radio France Internationale à Kinshasa et directeur d’actualité.cd, un média en ligne, a été brutalisé et copieusement agressé, le 15 septembre 2021, par des éléments de la police et tiré dans les habits avant de l’embarquer de force de leur véhicule.

Le journaliste couvrait une manifestation de l’opposition interdite par le gouverneur de la ville de Kinshasa. Cette manifestation populaire était organisée à Kinshasa et dans les provinces par les leaders de la plateforme d’opposition LAMUKA pour s’opposer à un probable glissement du pouvoir de Félix Tshisekedi et à la politisation de la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante).

 

Richard Kaponirwe r.k 

Spread the love